VAL BENOIT - GENIE CIVIL

  • Maître d'ouvrage: SPI
  • Architecte: BAUMANS-DEFFET sprl & Architecture Alain DIRIX scprl
  • Situation: LIEGE
  • Année: 2016
  • Secteur: Bureaux
  • Surface: 12.500 m²
  • Références: 11.0050
  • Étude(s) Réalisée(s):

    pictos40x40 stabilitepictos40x40 techpictos40x40 energie

Description

Requalification du site du Val Benoît – Bâtiment GC (12.500m²) Basse Energie.

Le site du Val Benoît est un ensemble architectural de style moderniste construit entre 1930 et 1965. L’ensemble bâti, initialement dédié à l’enseignement (Université de Liège), est situé en bordure de Meuse, à l’entrée Sud de la ville de Liège.
L’ancien Institut du Génie civil, œuvre de l’architecte Joseph Moutschen (1895 - 1977) est un témoin majeur de l’architecture moderniste à Liège. Le maître de l’ouvrage souhaite transformer ce lieu emblématique initialement dédié à l’enseignement en un espace d’activité économique. La transformation de l’Institut du génie civil initie la métamorphose du site du Val Benoît.
Le système structurel «ouvert » de type poteaux/poutres, ainsi que la générosité des transparences traversantes, déterminent grandement le potentiel de réutilisation des 12.500 m² disponibles.
La démolition des auditoires devenus obsolètes libère un espace paysager central. Cet espace partiellement arboré est traversé par deux passerelles superposées. La passerelle inférieure participe à l’organisation d’un système d’accès à l’échelle du bâtiment et du site dans sa globalité. La passerelle supérieure, plus large, protège la passerelle inférieure des intempéries et offre à l’ensemble des utilisateurs une large terrasse collective propice à la relaxation et aux rencontres informelles.
L’enveloppe extérieure a été entièrement repensée  de manière à obtenir un niveau de performance « très basse énergie ».
Le Génie civil rénové devient l’élément déclencheur d’une reconversion d’un ensemble mono fonctionnel en un morceau de ville durable, complexe et multiple.

NOTE TECHNIQUE

Stabilité :
La structure du bâtiment existant est essentiellement de deux types. D’une part des portiques métalliques enrobés de béton, d’autre part des portiques en béton armé. Ces ossatures supportent des planchers nervurés en béton armé.
L’intervention en stabilité concerne principalement la rénovation de cette structure. En complément, des cages d’ascenseur et des espaces techniques sont aménagés, notamment en toiture.
La majorité des parois intérieures qui délimitaient les différents locaux (classes, bureaux, laboratoires,…) sont démolies pour maximiser les espaces disponibles. Elles avaient dès l’origine été considérées comme des cloisons non portantes, sans rôle structurel.
Deux passerelles seront intégrées dans le volume de la cour intérieure pour faciliter la circulation entre les ailes du bâtiment et créer des espaces de détente. La passerelle supérieure est réalisée en acier (poutres-treillis) permettant de franchir une portée d’une trentaine de mètres sans appuis intermédiaires. La passerelle inférieure est réalisée en béton armé préfabriqué et s’appuie sur une file de colonnes centrales. Ces éléments seront fondés sur un système de pieux pour éviter tout risque de tassement, le bâtiment existant étant également fondé de cette manière.
  Techniques spéciales :
La conception a permis de réaliser un bâtiment de type basse énergie. Les techniques suivantes ont été mises en œuvre.

1. Partie HVAC

• Une prise d’eau existante dans la Meuse  a été remise en service, pour permettre : de refroidir gratuitement (free chilling) et de chauffer via une pompe à chaleur ;
• Le refroidissement est réalisé par une production d’eau glacée haute performance à compresseurs à vis et des tours de refroidissement ouvertes. Ces tours permettent de faire du free chilling ;
• Le pompe à chaleur permet également le transfert de chaleur du réseau chaud au réseau froid ;
• Le chauffage est réalisé par 3 chaudières gaz à condensation fonctionnant en cascade ;
• La ventilation est réalisée par plusieurs groupes de ventilation double flux à récupération de chaleur à roue à haut rendement ;
• L’ensemble de l’installation est contrôlée et optimisée via une Gestion Technique Centralisée.
• Les Besoins Nettes en Energie de chauffage sont de 31,59 kWh/m².an

2. Sanitaire
• Un réseau de récupération de l’eau de pluie pour l’alimentation des WC et urinoirs ;
• Un système de rétention d’eau de pluie a également été mis en œuvre.

3. Electricité

• Des luminaires dimmables par une cellule de luminosité, une étude d’éclairage des abords du bâtiment en accord avec les prescriptions des gestionnaires de réseau concernés ;
• Des panneaux photovoltaïques pour la production électrique ;
• Etude d’une installation multimédia, projection et afficheur de salle ;
• Gestion automatique des stores pour un meilleur contrôle des apports solaires ;
• Système de contrôle d’accès, contrôle intrusion, vidéo-parlophonie, réseaux data ;
• Protection incendie par détection généralisée.

4. Acoustique
• Une attention particulière a été apportée aux performances acoustiques des équipements lors de leur dimensionnement. Les installations techniques telles que groupes de ventilations et tour de refroidissement sont placées sur des plots antivibratoires et une dalle flottante.
• Afin de réduire efficacement la transmission des bruits solidiens et des bruits aériens, des matériaux absorbants phoniques sont prévus sur les conduites de décharge d’eau usées et d’eau de pluie.
• La qualité des resserrages entre les éléments techniques et les dalles et parois garantissent le maintien des performances acoustiques des structures traversées.

 

 

site créé par Lignes Graphiques